Note de conjoncture - Les dépenses culturelles des collectivités territoriales (2015-2017)

OPC Éditions (janv. 2017)

Article mis en ligne le 06/03/2017 - Julien Préau

L’Observatoire des politiques culturelles, association grenobloise qui est l’une des premières structures régionales à avoir fait de l’observation une priorité, livre une analyse sur l’évolution des financements publics de la culture depuis l’entrée en vigueur des lois de réforme territoriale qui ont redessiné les échelles locales françaises. Cet exercice d’évaluation tente de répondre aux inquiétudes qui étaient apparues aux yeux de plusieurs responsables de structures culturelles mais aussi à plusieurs décideurs publics au lendemain des dernières évolutions territoriales et tente d’y répondre à partir d’un «tableau de bord» plus «léger» que celui fourni par le DEPS au début de l’année 2014 (et qui portait sur les dépenses réalisées en 2010)1. Il y est donc question d’une rétrospection peu courante – parce que très proche de nous dans le temps – puisqu’elle prend pour cible les deux dernières années qui viennent de s’écouler.

La méthodologie retenue s’aligne en partie sur une nouvelle façon de faire puisqu’elle prend appui sur les budgets primitifs (BP) des collectivités (ce qui permet cette proximité entre les politiques étudiées et la réalisation de l’analyse). Il s’est donc agi d’ausculter les BP de plusieurs conseils régionaux (10 sur 14), de plusieurs conseils départementaux (41 sur 100), d’établissements publics de coopération intercommunale (26 dont trois ont le statut de «métropole») et municipaux (64 communes dont 14 de plus de 100 000 habitants).

Il en ressort comme principal enseignement pour la période 2015-2016 que «la tendance majoritaire qui se dessine (…) est celle d’une baisse des budgets de fonctionnement dans des proportions qui restent contenues en moyenne à hauteur de - 4% pour les régions, de - 5% pour les départements et - 7% pour les villes de plus de 100 000 habitants »2. Pour 59% des collectivités qui ont répondu, il s’agit d’une baisse effective ; pour 11% l’évolution des BP est stable ; et pour 30%, c’est un mouvement de hausse.

Pour plus de précisions, nous vous invitons à télécharger et à lire la note de conjoncture que vous retrouvez dans le bloc «document à télécharger» ci-contre.

1 Le Département des Études, de la Prospective et des Statistiques du ministère de la Culture et de la Communication.
2 Cf. p. 7 de cette note de conjoncture.

CRÉDITS: EPCC Arteca