Les groupements d'employeurs (GE), la mutualisation d'emploi dans la culture

Les groupements d'employeurs (GE), la mutualisation d'emploi dans la culture

Parcours Accompagnement, coopération et mutualisation - table ronde 6/6

Article mis en ligne le 19/12/17

Samedi 21 octobre 2017, 1er temps de l’après-midi
14h15 > 15h45

Les trois groupements d'employeurs1 témoins présentent trois formes de collaboration entre structures, dans une logique de développement de l'emploi et des compétences.

  • Le GEDA 51 est un GE non spécialisé dans la culture (associations de tous les secteurs) qui repose sur une logique territoriale de développement de l'emploi associatif. Avec une cinquantaine de structures adhérentes (dont la ville de Reims) et une dizaine de salariés mis à disposition, le GEDA a pour objectif de créer des emploi en CDI et à temps plein. L'équipe du GEDA (cinq salariés) permet d'assurer l'encadrement des emplois partagés, notamment le volet formation.
  • Le groupement de Fabienne a permis à quatre compagnies du spectacle vivant de mutualiser une administratrice et lui assurer des conditions salariales correctes. Ce groupement repose sur un principe de solidarité et de concertation entre les quatre structures dont deux sont des compagnies établies, ayant une certaine visibilité sur leur trésorerie et leurs besoins en administration. 
  • GE Paris Culture, avec ses onze emplois partagés, est spécialisé dans le secteur de la musique et propose également un service de remplacement pour les disquaires et les libraires. Les adhérents au groupement du secteur musique sont de tailles très diverses et ont des besoins communs (constants mais ponctuels) en communication et stratégie digitale. 

Les avantages des groupements sont variés : les structures adhérentes peuvent tester de nouvelles activités et pistes de développement, professionnaliser leur politique RH et les salariés, outre un emploi stable, peuvent découvrir différentes structures, varier les tâches et gagner en compétences rapidement. 

Les intervenants insistent cependant sur les conditions de réussite d'un groupement. Il s'agit d'un véritable investissement pour les structures (financier, temps, organisation) qui suppose de la ressource. Sans un travail de concertation  (planning, politique salariale et plan de formation), le quotidien peut vite devenir infernal. Les salariés partagés ne peuvent en effet porter seuls les problématiques du groupement et assurer la médiation entre les structures. Les décisions doivent être portées par le collectif.
Carole Le Rendu note que les groupements proviennent souvent de structures ayant déjà collaboré. Avant de s'engager dans un groupement il faut en effet s'assurer d'une compatibilité géographique, de saisonnalité, de qualification, de gouvernance et dans la manière de concevoir l'engagement entre les membres.  

 

Visualiser la vidéo des Rencontres nationales Groupements d'employeurs Culture 2014 :

Intervenants :

  • Carole Le Rendu, enseignant-chercheuse, spécialisée sur les questions d'emploi et de ressources humaines dans le secteur culturel ;
  • Fabienne Christophle, chargée d'administration du GE de Fabienne ;
  • Christine Berg, fondatrice d’Ici et Maintenant Théâtre, membre du GE de Fabienne ;
  • Christelle Flamion, Geda 51, groupement d'employeurs pour le développement associatif de la Marne ;
  • François de Larcelet, librairie Larcelet, membre du GIE (groupement d'intérêt économique) des librairies du salon de Troyes ;
  • Delphine Blondin, chargée de projet GE & 1er service de remplacement pour les libraires et disquaires, GE Paris Culture ;
  • Stève Duchêne, chargé de mission DLA, Alsace Active

Modératrice :

  • Réjane Sourisseau, études, formations et publications, OPALE

 


1 Le groupement d’employeurs permet aux entreprises de se regrouper pour employer une main-d’œuvre qu’elles n’auraient pas, seules, les moyens de recruter. Il s’agit d’une des formes d’exercice de la pluriactivité : les salariés du groupement d’employeurs effectuent des périodes de travail successives auprès de chacune des entreprises adhérentes au groupement. 

CRÉDITS: EPCC Arteca