Entreprendre en collectif, l’exemple des SCIC et des SCOP

Entreprendre en collectif, l’exemple des SCIC et des SCOP

Parcours Créer et développer son entreprise - table ronde 4/6

Article mis en ligne le 29/11/17

Samedi 21 octobre 2017, 2ème temps de la matinée
11h45 > 13h15

Marie Madeleine Maucourt échange avec quatre coopératives culturelles du territoire Grand Est, afin de comprendre comment et pourquoi on choisit ce statut. Transmission d’entreprise, reprise d’entreprise en difficulté, transformation d’une association en coopérative, ou création ex-nihilo, les témoignages illustrent différents cas de figure.
Parmi les raisons qui poussent une association à devenir une coopérative Gilles Gautier de la Scop Jazzus Production évoque la volonté de prendre la main sur le juridique et Véronique Verchere de la Scic Autrement dit une rupture avec le CA de l’association précédente. 
De son côté Denis Lermechin de la Scop In situ a pu devenir associé de la Scop parce que plusieurs architectes ont racheté les parts d’anciens associés. Le rachat à la valeur nominale des parts d’une scop permet d’éviter une rupture de capital et facilite la transmission. 
Pour Joanne Le Goff et Lucie Roy de la Scop Kaleidosco  la création d’une scop dont elles sont associées mais pas salariées leur permet de mutualiser les coûts et l’investissement mais aussi de répondre à des commandes groupées. Ce statut leur permet d’être individuellement salariées de la CAE Artenréel  en parallèle. La pérennité de la structure est assurée par des réserves impartageables.
La rencontre permet de mettre en avant les forces de ce type de statut (réactivité, démocratie, lien au territoire). Véronique Verchere, salariée d’une Scic de 25 associés avec 3 collèges évoque quant à elle la spécificité de ce modèle partenarial et ses difficultés.
Sont abordées les aides à la création d’une coopérative, le partage des résultats, la fiscalité, et des questions propres au domaine culturel : la coopérative est-elle compatible avec l’intermittence, le bénévolat, les subventions, le mécénat ?

Les intervenant(e)s

Modératrice :

CRÉDITS: EPCC Arteca